logo

Cours de cadres - chef de section à la MMB !

Petit rapport rédigé par deux astreints ayant suivi un cours de cadres - chef de section à la Maison de montagne de Bretaye (MMB) début juillet 2015.

Gollion lundi matin 08h00, c’est avec appréhension et curiosité sur la semaine à venir que nous rentrons en service. L’information que nous possédons est que nous allons passer la semaine loin de la canicule, au frais à la montagne. Nous sommes onze chefs de groupe issus de corps différents – assistance, PBC et aide à la conduite (suivi et télématique) - représentant les différentes régions du Canton. Très vite nos instructeurs, Pascal Teriaca (instructeur principal) et Fabrizio Chiabrera (instructeur en formation), nous clarifient les objectifs de la semaine. D’ici à vendredi nous devrons être capable de gérer une section, en développant nos compétences de prise de décision et de donnée d’ordre.

Pour se rendre à l’objectif, la Maison de Montagne de Bretaye, nous passons par la forêt de Romanel/Lausanne pour le repas. Les estomacs crient famine et nous sommes impatients de nous restaurer. Nous déchantons vite, il n’y a pas de service traiteur qui nous attend, ce sera à nous de préparer la subsistance pour treize avec 5 francs par personne et ce en 1h30. Les choses sont très vite clarifiées, cette semaine ne sera pas de tout repos et nous allons être mis à contribution. Cela se vérifiera tout au long du cours. La mission est remplie avec succès, salade de poulet et grillade nous permettent de reprendre des forces pour la suite du trajet. Après un petit arrêt au Sud du lac de Brêt afin d’entraîner la donnée d’ordre à l’aide d’une carte de la région nous arrivons à la Maison de Montagne de Bretaye. Il y a une majestueuse vue sur les Dents du Midi et le gérant des lieux, Yannick, est là pour nous accueillir avec une gentillesse incroyable.

Mardi, réveil à 05h00 pour entraîner la conduite de troupe. L’objectif est de rallier le sommet du grand Chamossaire, 350 mètres plus haut et ce avant 07h00. Nous réussissons la mission avec succès, l’ensemble de la troupe ayant atteint le sommet dans les temps. Même si nous nous côtoyons depuis seulement 24 heures, on constate une belle solidarité, chacun s’entraidant pour atteindre le sommet sous les ordres du chef de la mission qui a su gérer la troupe et son moral. La matinée se poursuit avec un peu de théorie sur l’organisation des cours de répétition. Un chef de section devant gérer des hommes, le mardi soir est consacré à la gestion des conflits. Le film « La guerre des Roses » vient compléter l’aspect théorique et nous permet de nous distraire quelque peu.

Mercredi matin, deux représentantes de la cellule psychologique vaudoise nous sensibilisent au stress et à la manière de détecter les situations de stress chez nos futurs soldats. Nous pouvons ainsi faire un travail sur nous en réfléchissant à nos réactions dans ces situations. Après le repas et la session « psy » nous simulons un exercice de tremblement de terre dans la région, l’exercice est d’autant plus difficile qu’il faut se mettre notamment dans la peau de chefs de section d’appui – dont aucun de nous n’est issu. Il faut imaginer des variantes pour sauver les blessés et les rescapés et stabiliser la situation, une donnée d’ordre permet de vérifier que nous ayons envisagé les diverses possibilités. L’exercice est ardu et nous remarquons qu’il reste encore du travail, mais les capacités à décider et à ordonner s’entraînent de plus en plus et commencent à montrer des résultats intéressants.

Jeudi matin, après une visite de la sécurité du site chimique de CIMO à Monthey ainsi que de l’abri PC d’Aigle, Arnaud Meylan (ORPC Lausanne) nous donne une formation sur la PBC au château d’Aigle, suivi d’une visite des lieux. Ensuite, nous recevons la donnée d’ordre de nous rendre à Nax pour l’exercice « SORPRESA ». Après le petit sandwich avalé en vitesse dans le bus sur le chemin, nous nous sommes dirigés à destination, pour nous initier à la via ferrata, ce qui ne nous a pas vraiment surpris car nous y avions pensé lors du trajet. Départ donc sur le coup des 14h30 pour les premières explications. Après deux grosses heures de petites sueurs pour certains, et un peu moins de temps pour d’autres, nous atteignons le sommet. Pour rallier le parking, nous avons marché en suivant la pente raide. Direction la douche et le repas qui va bien pour cette dernière soirée, qui était libre pour tous.

Enfin vendredi, nous avons restitué les chambres avant le petit déjeuner de 08h00. Une instruction sur l’évaluation en tant que chef nous a été dispensée. Nous avons dû planifier l’inventaire de notre matériel en vue d’organiser la rentrée sur notre lieu de licenciement. Avant midi nous avons tous reçu notre qualification de la part de l’instructeur. Nous avons finalement reçu la mission finale de rédiger ce rapport. Après avoir repris des forces au restaurant, nous nous sommes dirigés vers notre destination finale. Après avoir fait le plein des véhicules, qui en avaient bien besoin, nous sommes donc arrivés à Gollion sur le coup des 15h. S’en est suivi un bon gros nettoyage des deux bus VW, ainsi que la distribution des soldes et feuilles APG.

En conclusion, nous pouvons dire que la semaine fut très enrichissante tant au niveau personnel que des connaissances en tant que chef d’une section. L’instruction était très bien structurée, de manière militaire, avec des mises en situation et des exercices pratiques en extérieur. Le cadre de la montagne se portait parfaitement pour cette semaine. Les efforts physiques fournis nous ont permis de prendre connaissance de nos limites et de la gestion de notre stress en tant que chef. Et finalement, en ce qui concerne la qualité du service et de la restauration, celle-ci a fait grand bien à la troupe, ce qui est souvent un point qui lui tient à cœur. Enfin, nous avons aussi fait de nouvelles connaissances et passé un très bon moment avec quelques fous rires aussi.

Incorporation dans un groupe d’alarme

NIP

Lire la suite...

A l'attention des employeurs

Votre collaborateur/trice est incorporé/e comme cadre, comme astreint ou comme volontaire dans la Protection civile vaudoise. Il/elle accomplit de fait une obligation de servir.

Message détaillé

Réforme de la Protection civile vaudoise

Le projet de loi visant à moderniser la Protection civile vaudoise définitivement validé.

Une organisation simplifiée pour plus d’efficience !

Dossier complet

alertswiss

Le portail alertswiss.ch rassemble des informations essentielles concernant la préparation aux catastrophes et aux situations d’urgence en Suisse et le comportement à adopter. C’est un site web qui peut sauver des vies !

En savoir plus