logo

Les femmes et la Protection Civile

La Protection civile (PCi) ne concerne-t-elle vraiment que les hommes? Que peut faire une femme dans la protection civile ? Comment sont-elles incorporées et intégrées dans les régions de la Protection civile (ORPC)? Les questions que se posent les femmes intéressées, à titre légitime, sont nombreuses. Essayons ici d’y apporter quelques éléments de réponse.

L’incorporation des femmes dans les régions de la Protection civile (ORPC)

En préambule, voici une remarque du Cdt de l’ORPC de Payerne, le major Alain Delacour, sur l’intégration des femmes dans la PCi : « L’incorporation des femmes ne doit pas être un phénomène de mode ni une manifestation de féminisme au lendemain de l’annuelle Journée Internationale des Femmes. L’incorporation des femmes dans la PCi est en fait une nécessité (…). Une approche féminine dans certains domaines (l’assistance, le service sanitaire, les formations d’état major, l’intervention, etc) serait bénéfique : cela permettrait d’avoir un éclairage différent nous amenant à des concepts plus homogènes qui tiennent plus compte des attentes de la population spécifiques aux deux sexes. »

La Protection civile offre une formation de base adaptée à ses missions, toujours actualisée. Elle donne la possibilité de participer à des projets de grande ampleur. Les femmes intéressées peuvent également s’inscrire à des formations continues, et ceci dans divers domaines. Tant chez les femmes que chez les hommes, il y a la satisfaction personnelle d’appartenir au tissu sécuritaire vaudois aux côtés de la police, des sapeurs pompiers et de la santé publique.

Selon le Cdt Alain Delacour, « (…) tous les services de la Protection civile sont adaptés à la mixité. Malheureusement, les démarches informatives dans ce sens font cruellement défaut à ce jour. La Protection civile se doit de proposer une information destinée aux femmes et de répondre à leurs questions. Une fois les préjugés tombés, elles se rendent généralement compte de la diversité des missions dévolues à la Protection civile et de la mixité des rôles qu’elles peuvent y jouer. Sur la base des expériences vécues, le problème n’est pas de retenir les femmes volontaires, mais de les engager. Car une fois incorporées dans un service, elles sont très motivées et généralement elles assument leur fonction avec une volonté incroyable. Ce qui est un atout non négligeable pour l’image de la Protection civile. »

S'engager à titre volontaire dans la Protection civile

Toutes les femmes, de nationalité suisse ou étrangère, peuvent s’engager dans la Protection civile à titre volontaire dès le début de l'année durant laquelle elles atteignent l'âge de 20 ans.

Les femmes volontaires doivent envoyer une demande écrite au service de la Protection civile de leur canton de domicile. La décision d'accepter ou non chaque demande revient au canton.

Recrutement

Les personnes dont la demande est acceptée par le canton ont le statut de conscrit. L'aptitude des volontaires doit être testée lors du recrutement. Les volontaires sont ensuite incorporés dans une des trois fonctions de base de la protection civile.

Instruction de base

Une instruction de base, d'une durée de deux semaines pour le canton de Vaud (trois semaines maximum dans d’autres cantons) doit être suivie par les volontaires qui sont dès le début incorpores dans les classes des conscrits.

Cette formation comprend une introduction générale aux missions de la PCi, complétée ensuite par une formation spécifique (collaborateur d'état-major, préposé à l'assistance ou pionnier, selon l’incorporation décidée après le recrutement.

Dans le canton de Vaud, cette formation de base a lieu au Centre de Compétence et de formation, Protection de la population, à Gollion.

Après cette formation de base, les femmes, au même titre que les hommes, sont incorporées dans l’organisation régionale de Protection civile (ORPC) de leur commune de domicile.

Mêmes droits et obligations

La loi prévoit que les personnes qui s'engagent volontairement dans la Protection civile ont les mêmes droits et obligations que les personnes astreintes. En règle générale, elles doivent effectuer au moins trois ans de service dans la Protection civile. Ensuite, à leur demande, elles peuvent être libérées de l'obligation de servir (contrairement aux hommes conscrits qui doivent servir jusqu’à leurs 40 ans).

Pour en savoir plus, sur le service de la Protection de la population en général et sur volontariat en particulier, consultez le site de la Confédération.

Incorporation dans un groupe d’alarme

NIP

Lire la suite...

A l'attention des employeurs

Votre collaborateur/trice est incorporé/e comme cadre, comme astreint ou comme volontaire dans la Protection civile vaudoise. Il/elle accomplit de fait une obligation de servir.

Message détaillé

Réforme de la Protection civile vaudoise

Le projet de loi visant à moderniser la Protection civile vaudoise définitivement validé.

Une organisation simplifiée pour plus d’efficience !

Dossier complet

alertswiss

Le portail alertswiss.ch rassemble des informations essentielles concernant la préparation aux catastrophes et aux situations d’urgence en Suisse et le comportement à adopter. C’est un site web qui peut sauver des vies !

En savoir plus